• En terre improbable

     

     

     

    En terre Improbable

     

     

     

     

     

     

    Roman

     

     

     

    Joseph

     

     

     

     

     

     

     

    En terre improbable

     

     

    Introduction

     

     

    Qui d’entre vous n’a jamais fait de rêves ? Nous rêvons tous, sans trop comprendre comment notre cerveau fabrique nos rêves. Nous rêvons toutes les nuits pendant les deux phases de sommeil paradoxal. Nous savons que notre cerveau ne dort jamais mais comment prend-il le contrôle de notre esprit pendant le sommeil ? La plupart de nos rêves sont très flous mais d’autres plus rarement sont d’une incroyable netteté voir d’une grande précision, pourquoi ?

     

    Les rêves font partie de l’histoire humaine, les rêves qui sont flous ne semblent pas avoir de signification, nous allons nous intéresser dans ce roman aux rêves très précis qui ne sont pas très nombreux et c’est leur incroyable netteté justement qui nous interpelle. Certains appellent cela des songes. Comment de nombreux détails peuvent-ils être reconstitués dans notre esprit ?

     

    C’est un mystère de plus au sujet du fonctionnement de notre cerveau. Lorsque nous voyons le visage d’une personne, il n’est pas stocké sous forme d’image point par point car nos 90 milliards de neurones seraient insuffisants pour conserver les souvenirs de toute une vie sous forme d’images.

     

    Le visage est reconstitué par un algorithme mathématique avec pour paramètres, l’écartement des yeux, la racine du nez, la largeur et hauteur du front, la position de la bouche etc. Ces données codées prennent moins de place qu’une image digitalisée. Notre cerveau ne fonctionne pas sur le mode d’un ordinateur, il est électrochimique. Une impulsion électrique libère tout un tas de peptides qui à leur tour engendrent des réactions dans les fentes synaptiques entre deux axones qui relient nos neurones.

     

    Cela ne vous rappelle rien ? C’est ainsi que vous figurez dans la puce électronique de votre passeport, sous forme de formule mathématique. Tout ceci est bien étrange n’est-il pas vrai ? Lorsque vous regardez un ciel avec de beaux nuages blancs, il vous semble parfois distinguer des visages humains. C’est dans vos neurones que se fabrique et se construisent ces images. Notre cerveau est un organisme complexe. Nous allons encore aller un peu plus loin.

     

    Et si ces rêves n’étaient qu’une part de notre réalité objective ? Un poète n’a-t-il pas dit que l’univers était la pensée de Dieu ? Les poètes ont toujours eu un peu d’avance sur les scientifiques. L’univers a bien une réalité c’est indéniable alors ? Nous n’en percevons qu’une infime partie, ce n’est pas logique.

     

    Ce roman est inspiré d’un rêve……Qui n’était peut-être pas qu’un rêve mais qui était tellement étrange qu’il ne pouvait être qu’un rêve. Si ce n’était pas un rêve, alors le réel serait encore plus fantastique. L’univers qui nous entoure est fantastique à commencer par ses dimensions. Quelle que soit la direction de nos regards avec de puissants télescopes, l’univers nous parait isotrope, c’est-à-dire qu’il s’étend à l’infini, des galaxies succèdent aux galaxies. Nous n’avons aucun moyen de mesurer ses dimensions.

     

    Peut-être que nos souvenirs sont stockés ailleurs, très loin de nous sur une unité de stockage gigantesque et que de temps en temps, nous y accédons. Tout rêve conserve toujours une certaine forme de matérialité dans notre mémoire car certains ont tellement imprégné notre cerveau que celui-ci en a conservé des traces comme s’ils étaient réels. La question qui se pose alors est la suivante : pourquoi garder en mémoire des rêves sans aucune signification ? Ce serait idiot. Le souvenir persistant de nos rêves a donc un sens, il fait partie de notre réalité.

     

    Bien des années plus tard certains d’entre nous se rappellent encore ces rêves sans en comprendre la signification. Pourquoi ces rêves n’ont-ils pas été effacés de notre mémoire ? Il est totalement illogique de conserver les souvenirs qui n’ont aucun sens. Pouvons-nous interpréter nos rêves ? C’est un exercice délicat qui nécessite de la finesse, passer du rêve à la réalité n’est pas sans risques et personne d’autre ne peut interpréter vos rêves à votre place tout au plus vous donner des pistes d'interprétation.

     

    Mais qu’est-ce que la réalité ?

     

    Nos Physiciens étaient incapables d’expliquer ce qui donnait la masse aux particules alors l’un d’entre eux a inventé le boson de Higgs il y a cinquante ans. Ils ont cherché ce fameux boson et comme ils ne l’ont pas vraiment trouvé, ah, si cette année justement mais n’ont-ils pas inventé une fable? Toutes les particules seraient sans masse et ce serait leur interaction avec le vide, qui n’est donc pas vraiment vide que ce boson donnerait de la masse aux particules élémentaires.

     

    A vérifier, mais ce que nous retiendrons c’est que le vide n’est pas vide, qu’il y a un réseau invisible qui peut entrer en résonance et ce réseau contient de l’énergie. L’univers que nous observons avec des télescopes de plus en plus puissants ne représente que quatre pourcents de la masse de cet univers.

     

    Quatre-vingt-seize pour-cents nous sont inaccessibles, en d’autres termes, nous ne savons pas grand-chose de l’univers dans lequel nous vivons. Notre histoire va être basée sur ceci. Ce n’est pas plus fantastique que cette histoire de boson de Higgs invérifiable qui sert simplement à justifier les sommes folles englouties par des expériences inutiles alors que l’argent manque cruellement ailleurs par exemple dans la santé alors que les gens vivent plus vieux,

     

    A quoi sert-il de vivre longtemps s’il n’y a pas la qualité de vie ?

     

    Qui d’entre vous, par une chaude nuit d’été n’a pas été impressionné par le spectacle du ciel étoilé. Tous ces mondes qui nous sont inaccessibles car jamais aucune fusée ne permettra d’y aller.

     

    La Voix Lactée, notre galaxie et ses 150 milliards d’étoiles et ses milliards de planètes dont certaines recèlent probablement la vie et il y a des milliards de ces galaxies invisibles à nos yeux. En tenant compte du temps que met la lumière à nous parvenir, certains de ces mondes ont probablement disparu car les étoiles tout comme nous naissent et meurent, seul l’échelle de temps est différente.

    Pourquoi toute cette profusion de mondes ? Si l’univers existe, il doit être accessible à l’esprit humain. Il n’y a pas d’autres possibilités de voyager entre les étoiles sans maîtriser le temps. Voyager dans le temps c’est voyager dans l’espace.

     

    Accrochez-vous bien, notre l’histoire va commencer, vous n’en sortirez pas indemnes. Vos certitudes seront ébranlées dans bien des domaines. Vous examinerez vos songes avec plus d’attention pour y déceler ces fameux indices qui vous feront réfléchir. Des indices vous en aurez tout le long de votre vie.

    Nous allons vous emmener en voyage.

    Nous allons vous raconter un rêve.

     

    Nous allons nous rendre au-delà des Marches de l’Empire c’est-à-dire sur le bord extrême de notre galaxie, dans le monde connu des quatre cents, oui, des quatre cents mondes. Des mondes qui ne sont pas surpeuplés comme le nôtre. Des mondes où la population est réduite.

     

    Vous ne savez pas où se trouve ces mondes ? Nous non plus car personne n’a encore cartographié notre galaxie. Notre étoile, le soleil est quelque part sur le bord de notre disque galactique, nous sommes loin du centre, c’est tout ce que nous savons. Nous sommes aux Marches de l’Empire pas très loin des quatre cents Mondes. Plus loin, à deux cent millions d’années lumières c’est une autre galaxie, la nébuleuse d’Andromède. Celle-ci entrera un jour en collision avec la nôtre mais ce ne sera que dans quatre milliards d’années.

     

    Entre les deux, un vide, mais un vide qui n’est pas vide puisqu’il concentre les quatre-vingt-seize pour-cents de la masse de l’univers. Nous n’en voyons que quatre pour-cent, pas grand-chose en somme. Qu’y-a-t-il dans ce vide qui n’est pas vide ? Il n’y a que des poètes pour se poser ce genre de questions.

     

    Les Marches de l’Empire, sont ce bord mal défini, au-delà, c’est le vide intergalactique mais ce vide qui n’est pas vide va nous faire découvrir de nouvelles possibilités. Nous pensons que les quatre cents mondes sont dans ce secteur, ce sont quatre cents étoiles semblables à notre soleil, très loin du centre de la galaxie où se trouvent pourtant la majorité des étoiles. Nous ne sommes pas au centre de la galaxie, nous ne sommes pas au centre de l’univers, nous sommes sur un bord, nous ne sommes au centre de rien du tout, sauf de cette histoire et cette histoire occupera bientôt tous les esprits de l’Univers connu car tous nous serons concernés.

    C’est une bien étrange histoire mais c’est avant tout une histoire d’amour. L'histoire d'un homme qui aimait deux femmes, mais il y en eut quelques-unes de plus car les femmes avaient pris le pouvoir.

     

    Quelquefois vous aurez l’impression que c’est un peu comme chez nous sur cette terre, qu’il y a beaucoup de choses semblables, mais ce n’est qu’une impression car tout est différent. Nous pénétrerons dans un autre univers et vous irez comme notre héros de surprise en surprise.

     

    C'était un scientifique, il pensait avoir une bonne connaissance de l'univers qui l'entourait mais il eut une énorme surprise. Il ne connaissait même pas réellement les habitants de son quartier, de sa rue.

     

    Il y avait eu un brassage de population, les anciens habitants qu'il connaissait bien étaient parti chercher du travail ailleurs, Il ne connaissait pas les nouveaux arrivants qui lui parurent de plus en plus étranges.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Avril à 22:39

    Il me semble déjà avoir lu cette introduction  sur ton blogger  mais à la relecture  je suis toujours dans l'attente et le suspense ...on a envie d'en savoir plus 

    Ton personnage semble n'être pas à sa place comme s'il était étranger  à sa vie 

    Mais peut être que je me trompe !

    En tous les cas j'aimerai bien lire la suite ...je trouve des similitudes avec une certaine personne 

    Gros bisous 

    Nicole 

      • Lundi 9 Avril à 22:56

        Hello Nicole

        Merci d'être venue explorer mes rêves, hihihi

        je t 'ai attrapé comme une petite souris avec du fromage, hihihi

        je te mettrais un bon morceau pour la suite, hihihi

        ce sera un peu chaud ce qui va lui arriver.

         

        Gros bisous

        Jo

    2
    Lundi 9 Avril à 23:43

    Au lait cru hihihi je n'aime que le fromage au lait cru ! 

    Quand j'étais petite c'est moi qui pensait que mes parents n'étaient pas les miens hihihi 

    Gros bisous 

    Nicole 

      • Mardi 10 Avril à 07:57

        Hello Nicole

        Rien pour que toi je vais encore en rajouter un morceau

        " Le réveil" qui va préciser un peu les choses.

        Gros bisous

        Jo

    3
    Mardi 10 Avril à 23:05

    Oui je confirme c'était chaud , même très chaud bouillant hihihi yes

      • Mercredi 11 Avril à 08:11

        Hello Nicole

        J'espère que je ne t'ai pas ébouillantée, hihihi

        Il y a un certain nombre de scènes semblables  car j'ai voulu démontrer dans cet opus

        que l'on pouvait décrire des scènes d'amour très " chaudes " sans aucune vulgarité par opposition

        à la pornographie qui se caractérise justement par cette vulgarité. Les jeunes qui vont sur les sites

        internet voient des scènes de sodomie ou sado-maso et finissent par croire que ces actes sont normaux.

        Il y a toujours un soucis de pédagogie chez moi...

        Gros bisous

        Jo

    4
    Mercredi 11 Avril à 12:38

    Bonjour Jo,

    J'ai lu la première page qui me parlait des rêves... 

      ( Deux cauchemars récurrents pendant mes années d'enfance jusqu'à à peut près mes 15 ans, et je me réveillais en pleures et toute en sueur )

    Tu veux un rêve très précis que je rêvais à l'âge de huit ans ou je souffrais le plus de la perdre, lorsque ma mère m’emmenais à la pension tous les début de semaines ?

    Comme nous devions prendre le métro en direction de cette pension dont je ne me rappelle plus le nom parce que des pensions, j'en ai trop fais, et bien dans mes rêves qui était plutôt des cauchemars récurrents, je vivais que ma mère que j'adorais, et moi,  parce que trop jeune pour ne pas aimer sa mère qui était mon repaire et mon adoration d'enfant, et aussi parce que je ne comprenais pas tout ce qui se passait dans sa vie pour analyser les chose clairement, Toutes les nuits, je rêvais que je montais dans une des voitures du métro et que maman me suivait derrière, alors que les porte coulissantes se refermaient avant qu'elle n'ait eu le temps de poser le pied sur la marche et de pénétrer dans la voiture de la rame. Je me retrouvais dans le compartiment sans ma maman, la voyant disparaître tandis que le métro prenait de la vitesse. Je me disais que j'allais descendre au prochain arrêt, refaire le chemin en sens inverse, afin de retrouver maman ; mais lorsque je l'apercevais sur l'autre quai d'ou nous étions sensées être parti, c'était dans la voiture du métro dans laquelle j'étais monté en premier sans elle, pendant que moi j'avais pris la rame inverse pour la retrouver sur le quai ou l'on avait été séparées. Et ce cauchemar, je l'ai fais pendant des années.

    Le deuxième cauchemar se passait dans un taxi. C'était encore pour me mener en pension. Tant que le taxi était à l'arrêt, j'étais assise bien sagement à côté d'elle ; mais dès que celui-ci démarrait, je sortais par le toit. Je ne pouvais pas rester à côté d'elle. Cela m'était impossible.

    Résultat de recherche d'images pour "Petites filles tristes Gifs"             

      • Mercredi 11 Avril à 13:06

        hello Ghislaine

        C'est justement ce que je veux démontrer, l'importance des rêves dans notre enfance.

        et ces rêves ont parfois une importance considérable sur notre devenir.

         

        Gros bisous

        Jo

    5
    Mercredi 11 Avril à 14:29

    Avec ma mère, ce fut pratiquement toujours ainsi. enfant, j'ai beaucoup souffert de ces absences, que je l'a perdais de vu m^me dans mes cauchemars. Mon cœur d'enfant en avait gros " sur le cœur ! " et ce n'était pas un jeu de mots ! J'adorais ma mère, alors qu'elle cultivait la peur que j'avais de mon père à cause d'elle. Je l'ai compris beaucoup plus tard : mon père souffrait lorsqu'elle s'est enfuit de la maison avec moi. J'ai su plus tard qu'il m'a cherché partout. Il est décédé à l'âge de 70 ans sans m'avoir jamais retrouvé.

      • Mercredi 11 Avril à 17:40

        Coucou Ghislaine 

        Je me permets de te répondre ici 

        Tes rêves  d'enfant  sont clairs comme de l'eau de roche  ...du moins à ce que je comprends 

        Avec  ta maman ce sont des rendez vous ratés c'est pour cela  que vous n'arrivez pas à vous rejoindre  , vous êtes toujours en décalage  

        Gros bisous

        Nicole 

    6
    Mercredi 11 Avril à 17:32

    Non Jo tu ne m'as pas ébouillantée ! hihihi 

    Gros bisous 

     

      • Mercredi 11 Avril à 18:13

        Hello Nicole

        Oh, j'aurais été désolé de t'avoir ébouillantée hihihi

        Comme mon sujet semble avoir eu un certain succès y compris auprès de mes amis cela pourrait devenir une saga

        car dans l"histoire j'ai créé d'autres histoires avec à la fin la refondation de l'Empire et l'explication de l'origine des légendes

        ainsi que la connexion avec la planète bleue

        Henri en étant le Prince, le pouvoir restant entre les mains des femmes clones.

        tout cela demande simplement à être encore un peu développé, pour l'instant c'est brut de coffrage,hihihih

         

        gros bisous

        Jo

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :