•  

     

     

     

    Une histoire de temps

     

     

    Roman

     

     

     

     

    Joseph

     

     

    Préambule

     

    La vision que nous avons du temps sera présente tout au long de notre roman, que savons-nous sur le temps qui passe immuablement ? De quoi sommes-nous certains ? Qu’y a-t-il d’étrange dans le temps ? Le temps était-il le même pour tous ? Le temps nous parait parfois long et d’autres fois de doux moments nous paraissent si brefs

     

    La réalité n’est-elle pas par essence subjective ?

    Nos regards vers un ciel étoilé nous font voir des mondes inaccessibles en raison de la distance mais ce vide entre les étoiles, est-il vraiment vide ? Nous parlons de plus en plus d’énergie résiduelle du vide, ce que nous voyons dans le ciel même avec des moyens technologiques modernes ne représente que quatre pourcents de la masse de l’univers. Nous allons nous poser des questions au sujet des quatre-vingt-seize pourcents de masse invisibles à nos yeux. De cet univers invisible qui pourtant existe, nos quatre pourcents n’en sont qu’une infime partie en d’autres mots, nous ne sommes rien. Nos yeux sont aveugles devant cet univers, nous n’en percevons pas grand-chose.

     

     

    Au CERN de Genève les expériences se poursuivent car il manque une particule: le Graviton, la particule virtuelle avec l’onde de la gravité, jamais détecter malgré les efforts déployés. Alors que tout le monde peut mettre cette force en évidence, il suffit de prendre une pierre dans sa main et de la lâcher : elle tombe attirée par le sol.

    Notre monde est donc bien différents de ce que nous pouvons observer mais cela, les poètes l'avaient compris depuis longtemps.

     

    Certains continuent d’affirmer qu’ils ne croient que ce qu’ils voient mais il y a tellement de phénomènes qui sont invisibles à nos yeux et pourtant ils existent, par exemple les atomes qui constituent notre corps. Personne ne connaît la forme d’un électron et pourtant ils existent, nous utilisons leur déplacement tous les jours sous forme de courant électrique. Nous allons partir en voyage en commençant par l’infiniment petit, un électron composant d’un atome.

     

    Nous connaissant, sa masse, sa charge électrique, son moment magnétique mais pas sa forme. Une particule que nous utilisons tous les jours en appuyant sur un bouton mais nous ne savons presque rien à son sujet. Dans certaines expériences, il semblerait même que l’électron disparaisse pendant un court instant pour réapparaître.Les lignes qui vont suivre exploiteront ce mystère. Les particules subatomiques ont donc un comportement fort étrange mais le problème c’est que nous sommes composés de molécules elles composés d’atomes eux mêmes composés de sous-particules qui en définitive ne seraient que des vibrations. Mais des vibrations de quoi ?

    Le temps sera notre première grille de lecture.

     

     

    Nous allons essayer de soulever un peu le grand-voile de notre perception du monde. En partant du rêve nous allons explorer les possibles dans une expérience de pensée car ce genre d'expérience ne peut pas être réalisé avec des moyens technologiques.

    Mais en parallèle en suivant la trame du temps de façon scientifique, nous allons nous attaquer à des problèmes de société, l’amour, la sexualité, la religion, les problèmes entre les humains. Il y a donc plusieurs niveaux de lecture mais tout cela dans un domaine romanesque. Informer et divertir c'est notre objectif. Faire naître des questions dans nos esprits.

    Nous auront un certain nombre de postulats.

     

    Sans amour, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue et la sexualité est le ciment de l’amour. Ce sera notre postulat de base. Lorsque nous parlons de sexualité nous parlons de la sexualité de 99% des humains, la sexualité entre un homme et une femme, l’hétérosexualité. Les autres 1% ne nous intéressent pas ici. Nous n'avons aucun ostracisme envers les différences mais leurs activistes font beaucoup de bruit en ce moment. Simple effet de mode ou stratégie de destruction ? Une petite minorité n'a pas à nous imposer sa façon d'être

     

     

    Un autre niveau de lecture sera une analyse romancée de la structure de l’univers pour nous faire réfléchir. Il y a autant de théories sur le cosmos qu’il y a de cosmologistes dans le monde. Cela va des plus farfelues à l’esquisse de l’esquisse de la réalité, autrement dit : pas grand-chose. C’est à ce niveau que nous allons étudier le temps, les distances paraissant inaccessibles aux pauvres humains que nous sommes.

    Si le réel existe, il doit être accessible à l’esprit humain, ce sera notre deuxième axiome. Il ne saurait en être autrement.

     

    Le troisième niveau de lecture sera une analyse profonde de la religion Catholique et de ses dérives. Nous vous rappelons que c’est la religion de 80% de la population française même si certains voudraient masquer ce fait car cela les dérangent, les loges maçonniques ne sont qu'une arme dirigée vers le monde chrétien. Malgré la véritable guerre menée par les francs-maçons ses idées sont toujours présentes dans le cœur des Français, ils ont muselé le Vatican par leur sale argent car le Vatican c'est aussi une banque mais les véritables Chrétiens sont capables de faire la différence entre le mal et le bien.

     

    Ces Chrétiens détesteront toujours la banque privée et ses usuriers. Les banques privées sont une aberration qui ne devrait pas exister. Nous n'avons besoin que d'une banque d’État et non de banques privées qui ne sont que des usuriers. Ce sont ces mêmes usuriers qui sont à l'origine de la pauvreté et de la misère dans le monde y compris les guerres tout cela à travers la mondialisation.

     

     

    C’est certainement la partie la plus polémiste mais les citations des évangiles sont rigoureusement exactes ainsi que toutes les références à la bible et elles sont facilement vérifiables par les gens avertis. Il appartient au lecteur de juger. Nous pensons que certaines conclusions même les plus extrêmes comme le mariage des prêtres vont dans le sens des souhaits de beaucoup de Catholiques et dans le sens de l’histoire. Il est anormal d’imposer le célibat que ce soit à des hommes ou des femmes. L'acceptation des minorités sexuelles avec certaines réserves doit également se faire.

     

     

    L’histoire est en marche, le monde changera, dans un sens ou dans l’autre, vers le meilleur ou vers le pire. La religion Catholique a toujours eu un problème avec le sexe, il faudra bien qu’un jour la masse des chrétiens catholiques oblige l’église à changer. Une poussée de la base peut se faire effondrer le sommet qui est de toute façon actuellement entre les mains de Satan.

     

    Notre but là encore n’est pas de choquer mais de pousser à la réflexion.

     

    La dernière partie sera une analyse de la perception que nous avons de notre réalité ainsi que l’esquisse d’autres possibles.

     

    Si la complexité de certaines situations vous inquiète, dites-vous bien que ce roman nécessitera peut-être pour certains une seconde lecture pour bien comprendre, c’est un peu notre but, provoquer une relecture pour bien analyser les choses. Notre objectif est de vous intéresser suffisamment pour étudier un peu plus les situations complexes. Nous évoluerons sans cesse entre rêve et réalité.

     

     

    L’étude de situations complexes est en effet une bonne gymnastique cérébrale aussi utile que le sport pour entretenir le corps. Notre cerveau est aussi important que nos muscles.

     

    Voyons un peu notre monde tel que nous le percevons.

     

    Notre monde tel qu’il est perçu

     

    Quel regard avons-nous sur le monde qui nous entoure ? Notre étoile le soleil n’est qu’une étoile parmi les 150 milliards de notre galaxie, le nombre de planètes détectables autour des étoiles les plus proches augmente tous les jours. Il y a des milliards de galaxies dans l’univers, cela devient vertigineux.

     

    Mais le gros problème est que l’étoile la plus proche de nous Proxima Centauri est à quatre années-lumière de nous, une distance considérable. Même si nous pouvions voyager à la vitesse de la lumière, il nous faudrait quatre années pour nous y rendre. Il y a là une première impossibilité.

     

    De plus, la vitesse radiale de cette étoile est de vingt kilomètres par seconde, elle se déplace tout comme nous à une vitesse très élevée. Nous ne sommes pas immobiles dans l’espace, rien n’est immobile, tout se meut.

    Tous ces mondes, que nous ne pourrions sans doute jamais explorer car les distances à parcourir sont trop grandes, nous pose une question : pourquoi une telle profusion de mondes qui ne nous seront pas accessibles et que nous ne voyons même pas à l’œil nu ?

     

     

    Quel gaspillage d’énergie ce serait si ces mondes nous étaient à jamais inaccessibles. Il est vrai que les hommes des cavernes n’avaient aucune idée de ce qu’était une étoile et une planète et nous ne sommes pas si loin dans le temps des hommes des cavernes, encore une histoire de temps. Le temps a profondément modifié l’humanité. Qu’en sera-t-il dans l’avenir ? Vers quelle évolution irons-nous ?

     

    D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

     

    Si l’univers existe, il doit être accessible à l’esprit humain, c’est pour cela qu’il a été créé. Le hasard n’a pas sa place dans ce processus. C’est un processus de création. C’est à partir de ce troisième postulat que va naître notre récit ainsi que notre argumentation.

    Si les voyages dans l’espace sur de telles distances astronomiques sont impossibles et il semble que cela soit ainsi, il ne reste plus qu’une seule possibilité, celle de voyager dans le temps, mais qu’est-ce que le temps ?

    Pour aller d’un point A vers un point B il y a une certaine distance, même la lumière met un certain temps pour arriver au point B. C’est le déplacement qui crée le temps, distance vitesse et temps sont liés.

    Que voulons-nous dire par voyager dans le temps ? Le temps et l’espace sont indissociablement liés. Voyager dans le temps c’est voyager dans l’espace. Si la lumière qui nous vient d’une étoile met des années à nous parvenir, elle voyage bien dans le temps donc il est possible de voyager dans le temps. Certains mondes que nous voyons dans nos télescopes ont certainement déjà disparu. Le voyage de la lumière jusqu’à nous a dépassé leur temps d’existence, ces mondes n’existent plus que par leur lumière qui arrive sur notre rétine, mais en sommes-nous si sûr ?

     

     

    Il y a le temps sidéral en milliards d’années, notre univers a entre quinze et dix-huit milliards d’années. Il y a le temps humain d’une vie plus ou moins longue mais avec une limite. Il y a le temps des particules subatomiques qui est de l’ordre de la nanoseconde, les événements sont souvent tellement rapides qu’ils sont indécelables.

    Tous les composants de notre corps, molécules, atomes, particules subatomiques sont régis par le temps en nanosecondes et nous allons un peu nous intéresser à ce qui se passe dans ces moments ultra-brefs qui sont les véritables horloges de nos atomes dont nos corps sont constitués car les molécules de notre corps sont bien composées d’atomes avec des noyaux composés de protons de neutrons et des électrons qui gravitent autour.

     

     

    Lorsque vous passez un examen IRM, un gigantesque aimant fait danser les atomes de votre corps pour réaliser des images très fines. Contrairement au scanner, il n’y a pas de rayons ionisants comme les rayons X qui causent des dommages à nos cellules, il n’y a que des champs magnétiques variables et des champs électriques.

    Nous allons nous intéresser un peu à la danse des atomes de votre corps.

    Les humains oublient un peu trop que nous ne sommes que de la poussière d’étoiles, de la poussière fabriquée lors de l’explosion d’étoiles préexistantes. Tous les atomes qui constituent les molécules de nos corps ont été fabriqués au cœur d’une étoile qui se trouvait à l’emplacement de notre soleil et qui a explosé en fin de vie il y a à peu près huit milliards d’années.

     

    Nous allons en rajouter une couche dans ce récit qui n’est qu’un roman mais qui a autant d’objectivité que toutes ces théories mathématiques incapables d’expliquer le monde réel. Les Maths sont certes utiles mais servent trop souvent à cacher l’ignorance de ceux qui s’en servent.

    Le temps n’est pas le même pour ceux qui se déplacent à des vitesses différentes, cela on nous l’a affirmé mais que valent ces affirmations ?

     

     

    Secouons un peu le cocotier

     

    Alors nous allons nous aussi secouer un peu le cocotier pour voir si nous pouvons faire tomber quelques noix. Peut-être serons-nous plus proche parfois de la vérité que ces illustres personnages mais nous ne sommes, je vous le rappel, que dans le domaine du roman sans aucune prétention autre que le rêve.

     

     

    Mais le rêve n’est-ce pas déjà une certaine matérialisation dans notre esprit ? Nos pensées génèrent des molécules chimiques, des peptides, des différences de potentiels électriques, des courants donc quelque chose que l’on peut qualifier de matériel.

     

    Toutes nos pensées et même nos rêves ont une certaine réalité au moins pour un temps assez court avant que toutes ces molécules ne se dégradent et finissent comme déchets dans notre circulation sanguine. Notre cerveau est un ordinateur électrochimique. Il garde parfois dans sa mémoire même nos rêves qui paraissent fous. Pourquoi ces souvenirs persistent-ils alors qu’ils n’ont aucune importance ?

     

    Nous, nous rappelons parfois des rêves que nous avons eus dans le passé, donc la matérialisation du souvenir est conservée. Mais sous quelle forme sont stockés ces souvenirs ? Hélas, nous n’en savons rien, nous ne percevons que l’activité électrique ou chimique de notre cerveau.

     

    Nous allons donc explorer un peu le possible avec ce que les scientifiques appellent une expérience de pensée, c’est-à-dire une expérience impossible à faire dans un laboratoire. C’est grâce à de telles expériences que notre compréhension du monde progresse et nous n’aurons pas besoin de formules mathématiques pour cela.

     

    Le voyage que vous allez faire dans cette histoire est un voyage dans l’inconnu mais nous avons semé des petits cailloux pour vous remettre sur le chemin afin de ne pas vous perdre car les situations décrites sont parfois un peu complexes.

     

    La réalité, notre réalité existe-t-elle en plusieurs exemplaires ? Le comportement de certaines particules élémentaires dans nos atomes semble le démontrer. Il semblerait qu’il y ait des réalités cachées dans le monde des particules car celles-ci disparaissent parfois brièvement pendant un temps très court. Il existe donc un phénomène vibratoire inconnu qui se propage probablement dans tout l’univers comme des vagues sur la mer. Voilà peut-être ces autres réalités qui nous échappent totalement.

     

    La question qui se pose tout de suite est la suivante : est-ce que le futur existe déjà ? C’est une question très étrange mais lorsqu’on parle du temps il faut se la poser. Pour les communs des mortels que nous sommes, nous ne connaissons que le temps linéaire qui va toujours dans le même sens avec aucune possibilité de revenir en arrière.

    Là, nous avouons que cela devient un peu compliqué.

     

    La transposition de ce que font ces particules, ces électrons qui frôlent leur proton en tournant autour, qui disparaissent pour réapparaître plus loin, qui font des allers-retours vers ces ailleurs mystérieux, passé, présent avenir, n’est pas forcément transposable au monde macroscopique, c’est-à-dire le nôtre, c’est l’œuvre du romancier.

     

    Aucune expérience actuelle ne permet de démontrer cela. Tout ce dont nous sommes sûrs c’est que le monde des particules élémentaires dont nous sommes composés est fort différent du nôtre et nous réservera encore de nombreuses surprises. Ce que nous évoquons ce n’est qu’un possible dans l’état actuel de nos connaissances. Mais n’oublions pas que nos corps sont composés de molécules elles-mêmes composées d’atomes. Des atomes qui ont un comportement étranges et qui changent d’état en permanence et pour lesquels le temps ne compte pas, cela donne à réfléchir.

     

    Alors imaginons cette expérience de pensée….

     

    Nous allons vous faire plonger dans un univers où vous aurez beaucoup de mal à distinguer le rêve de la réalité car même la réalité vous paraîtra tellement étrange et irréelle. Il y a une bonne dose de réalité dans ce que vous lirez. Certaines personnes sont réelles, et les situations également seuls les noms et les lieux ont été changés.

     

    Nous allons naviguer dans un univers de scientifiques, de gens très pondérés qui ont l’habitude de réfléchir et d’analyser chaque situation où même la réalité paraîtra incroyable.

    La danse des atomes va nous entraîner de l’infiniment petit vers l’infiniment grand.

     

    Accrochez-vous bien, cela va commencer.

     

     

    Une histoire de temps

    Le jour où tout a commencé

     

    Un jour ordinaire, on se lève et on part à son travail à l’université comme d’habitude. On salue ses collègues, Un petit bisou à Jeanne la secrétaire puis salle de cours le matin, le sujet : mise en évidence expérimentalement de l’énergie résiduelle du vide. Ensuite restaurant universitaire à midi puis direction le laboratoire de recherche où j’avais une expérience en cours.

     

     

    En quoi consistait mon travail ? Je n’étais pas dans la recherche fondamentale mais dans la recherche appliquée. Partir de quelque chose qui existe et l’améliorer, tout le travail de recherche appliquée est contenu dans cette phrase et quelque fois on trouve presque par accident des effets que personne n’avait découvert avant vous mais cela reste très rare et c’est le début du problème qui va nous occuper.

     

    Une découverte fortuite alors que vous cherchiez tout à fait autre chose, mais obligé de passer à autre chose par manque de budget.

     

    C’était un jour qui sera à jamais gravé dans ma mémoire. Un jour tout ce qu’il y avait de plus ordinaire au départ. Un simple appel téléphonique d’un autre scientifique changea profondément le cours de mon existence. La spirale du destin vous happe un beau jour et vous ne pouvez plus vous échapper. C’était pourtant un jour qui avait commencé comme un autre. J’étais à mon travail dans mon labo et jamais, non jamais je n’aurais soupçonné l’ampleur de ce qui allait se produire.

    Mais laissez-moi d’abord me présenter.

     

    Nous reviendrons plus tard à ce coup de téléphone et ce rendez-vous qui orienta ma vie dans une direction que je n'aurais jamais pu prévoir. A des centaines de kilomètres de distance des personnes cherchaient à me rencontrer. Je ne connaissais pas ces personnes et n'avais jamais entendu parler de ces gens mais eux semblaient me connaître.

     

    Je m’appelle Henri, j’ai vingt-huit ans et suis encore célibataire. Je suis enseignant et chercheur dans une Faculté de Physique, chercheur en physique appliquée par opposition à la recherche fondamentale. Après les cours magistraux en salle, mon travail consiste à trouver plus qu’à chercher, c’est pourquoi je me définis souvent comme un « trouveur ». Le nerf de la guerre étant l’argent, il fallait trouver quelque chose avant l’expiration des budgets. L’université cédait des licences à des industriels d’où l’obtention de royalties qui permettaient d’obtenir de nouveaux budgets, la boucle était ainsi bouclée.

    Après le décès de ma maman je me suis retrouvé seul et je m’étais totalement investi dans mon travail pour oublier mon chagrin. Mon sujet principal de recherche concernait les enregistrements magnétiques dans lequel j’avais eu quelques succès en augmentant la capacité des disques durs des ordinateurs. J’étais en train d’étudier une possibilité de réduire encore la surface magnétique nécessaire pour enregistrer ces données.

     

    Mon université avait cédé des licences et je touchais moi également des royalties sur les ventes, je n’avais pas de problèmes financier. Dans mon labo je fis une petite pause de cinq minutes dans mon travail pour réfléchir un peu à mon avenir, je me versais une tasse de café. La solitude commençait à me peser, l’absence de tendresse également.

     

     

    Les jeunes filles de mon âge étaient déjà toutes mariées et mères de familles, il ne restait que les femmes divorcées de quarante ans avec déjà des enfants, ou alors des plus jeunes que moi et celles-ci, je ne savais pas trop comment faire pour entamer une discussion avec elles. J’eus un jour la surprise de me faire draguer par plusieurs jeunes filles très jeunes qui paraissaient plus que leur âge et je me méfiais donc.

     

     

    Je ne voulais pas recommencer ce genre d’expérience. Je voulais avoir un jour une maison pleine d’enfants, c’était le vœu de ma maman, il me fallait donc une jeune femme d’une vingtaine d’année au moins. Je pris la décision de m’occuper un peu plus de ma vie privée.

     

    Mais il y eut cet appel téléphonique qui allait bouleverser autant ma vie.

     

    Pendant que je réfléchissais à mon problème de solitude, mon téléphone sonna, je n’aimais pas être dérangé lorsque j’étais dans mon labo, je décrochais le combiné un peu brutalement.

     

    _ Professeur Hahn ? Je suis Giuseppe Marker de l’université de Rome, j’aimerais vous rencontrer pour vous montrer un objet insolite que nous avons trouvé lors de nos fouilles, il s’agit d’un objet en métal. Je suis archéologue et j’aimerais avoir votre avis concernant cet objet qui, je vous l’assure est vraiment étrange.

     

     

    Il s’agit d’un objet façonné, je ne peux pas vous en dire plus pour le moment mais il me semble que cela concerne certaines de vos publications en particulier sur le spin des électrons. Nous savons que vous êtes un spécialiste du stockage des données et du décodage de fichiers. Nous avons un problème de cet ordre qui entre dans le champ de vos compétences. Nous n’avons trouvé personne dans notre université pour nous aider, certains de nos collègues nous ont dit que vous étiez le meilleur dans ce domaine.

     

    _ J’ignore si je suis le meilleur, mais je travaille dans un contexte international qui m’oblige souvent à transcoder des fichiers dont je ne connais pas la structure exacte, si je peux vous être utile professeur, ce sera avec plaisir.

     

    Je pris donc rendez-vous avec mon interlocuteur pour la semaine suivante, je me demandais quel pouvait être ma compétence dans son domaine à lui. J’étais un physicien et pas un archéologue. Il m’avait cependant parlé de certaines de mes publications, mes dernières parlaient de l’augmentation de la capacité de stockage des dispositifs de nos disques durs.

     

    Je ne voyais pas le rapport avec un objet archéologique mais j’étais prêt à rendre service à un collègue étranger. Il m'avait parlé d'un objet métallique et cela m'intriguais, j'avais fait des expériences avec certains alliages sur les spins électroniques. Un tel objet ne pouvait pas se trouver dans une tombe car ces alliages étaient récents.

     

    Sans le savoir je venais de mettre mon doigt dans un engrenage qui allait me happer tout entier. Ce qui était en train de se mettre en place allait changer énormément tout le cours de mon existence et me faire passer de surprises en surprises. Ma vie, dorénavant ne serait plus qu’une gigantesque énigme dont la résolution allait m’échapper pendant longtemps.

     

    Une incroyable partie d'échec allait s'engager avec un joueur non identifié qui appliquait ses propres règles, Dans cette partie je n'étais qu'un pion et je m'efforçais d'atteindre la huitième rangée pour enfin y voir clair.

     

    Mes publications sur le spin de l’électron dataient déjà un peu et je n’avais pas pu en tirer une application pratique dans un délai court. Mon budget était arrivé à expiration et le seul résultat tangible fut l’augmentation de la capacité des disques durs en réduisant la surface magnétique nécessaire pour stocker une information élémentaire, soit un Bit.

     

     

    Mon but ultime aurait été de supprimer le disque dur et le remplacer par une petite pastille de métal en stockant un bit sur un unique atome en jouant sur le spin de l’électron, mais cela, je n’avais pas réussi à l’obtenir. Beaucoup de laboratoires dans le monde travaillaient sur le même sujet car à la clef il y avait une possibilité de gagner beaucoup d'argent en cédant des licences.

     

    Le soir dans mon lit, en cherchant le sommeil, j'oubliais un peu mon travail et je me remémorais mes amours contrariés, mes chagrins. Un seul amour véritable, celle qui aurait dû être la femme de ma vie. Quelquefois j’en pleurais encore. Un amour qui avait commencé à l’âge de quinze ans pour finir trois ans plus tard dans un accident tragique. Une blessure qui n’était toujours pas cicatrisée dix ans plus tard. Trois ans d’amour, de quiétude et de bonheur sans aucun nuage…Sauf une lourde inquiétude pour un événement imprévisible.

     

    Mais avant celui-ci, il y en eu un autre assez bref, sans véritable conclusion mais qui laissa tout de même un immense chagrin et une trace durable dans ma mémoire, c’était un double amour, J’avais aimé deux personnes en même temps en étant confronté à une étrangeté de la nature. La trace de cet amour était ancrée dans ma mémoire et régulièrement la nuit des images tendres me revenaient. Qu'étaient mes amours devenus ? Je les avais tant aimés tant chéris et tant caressés.

     

    Ce sont ces amours et ces chagrins qui en définitive font de nous ce que nous sommes.

     

    Nous allons être obligés de remonter un peu le temps et de parler un peu du début et des premiers émois en matière d’amour et de sexualité, ce sont ces premiers émois qui ont augmenté ma sensibilité et m’ont marqué à vie.

     

    Ces lignes sont basées sur la notion de temps alors retournons treize ans en arrière. Ce sera notre premier voyage dans le temps. C’est un voyage très facile car il se fait d’après les souvenirs de notre cerveau. La mémoire, j’ai toujours eu une excellente mémoire, cela m’a permis de faire de bonnes études. Les souvenirs, s’il y en avait de forts doux, il y en avait d’autres qui avaient causé des chagrins terribles.

     

    Je me souvenais…J’avais alors quinze ans et je venais de passer mon BAC. J’étais particulièrement précoce, peut-être un peu trop même car je commençais à éprouver de drôles de besoins, de drôles d’envies et ma maman s’en rendait compte à certains indices, elle savait que je n’étais plus un petit garçon.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Avril à 11:54

    Coucou Jo 

    Je vois que tu as compris le gérer les rubriques  . A chaque fois que tu édites un texte en rapport avec tes romans  tu le classes  dans la rubrique correspondante et ainsi les commentaires sont activés . 

    Bon je vais lire ce chapitre  

    A tout à l'heure 

    Gros bisous 

    Nicole 

      • Samedi 7 Avril à 14:00

        Merci pour tes lumières, hihihi

        bonne lecture

        gros bisous

        Jo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :